Consultez notre catalogue par theme ou recherchez

Trnopolje — un été oublié

Un documentaire réalisé par , .

HD

professionnels

Synopsis

“Que peut-on dire de toute cette his­toire?
C’est encore un couteau à double-tranchant chez nous.
La société n’est pas encore mûre.“
Nedzad — Un été oublié

 

Pour voir le web­du­c­u­men­taire : www.courrierinternational.com/webdoc/trnopolje

 

Pour pou­voir oublier, il faut d’abord se souvenir.

Pour pou­voir par­don­ner, il faut être reconnu victime.

Mai 1992, début de la guerre de Bosnie. L’école du vil­lage de Trnopolje, au nord-ouest du pays, est trans­for­mée en camp de con­cen­tra­tion par lequel tran­siteront env­i­ron 25 000 per­son­nes, toutes non-serbes. Un net­toy­age eth­nique sys­té­ma­tique qui, en quelques mois, trans­forme une région mul­ti­eth­nique en région “pro­pre”, unique­ment serbe.

Vingt ans après, l’école de Trnopolje est de nou­veau une école, avec des élèves serbes et bosni­aques. Des familles bosni­aques déportées pen­dant la guerre sont rev­enues, ont recon­struit leur mai­son et sco­lar­isé leurs enfants. Il ne reste aucune trace du camp, ni dans les livres d’histoire, ni dans le village.

Le camp n’existe plus que dans la parole des vic­times et des témoins, comme celle de Nedzad, ancien pris­on­nier et concierge de l’école, de Rasma, mère de détenu, ou de Mirela, enfant pen­dant la guerre.

Le silence est-il le prix à payer pour con­tin­uer à vivre ensemble?

Com­bien d’années, com­bien de généra­tions faudra-t-il pour que la parole se libère — ou pour que l’histoire du camp se perde dans le silence?

 

Trnopolje – jedno zab­o­ravl­jeno ljeto ( u toku izrade )

Šta možemo reći o cijelij toj priči  ?

To je kod nas još uvi­jek nož sa dvije oštrice.

Društvo još nije zrelo „

Nedžad – jedno zab­o­ravl­jeno ljeto

 Da bi mogli zab­o­rav­iti, treba prije toga se sjetiti.

 

Da bi mogli opros­titi, treba prvo biti priz­nat kao žrtva.

Maj 1992, poče­tak rata u Bosni i Herce­govini. Lokalna škola u selu Trnopolju, koje se nalazi na sjevero-zapadu zemlje, pretvorena je kon­cen­tra­cioni logor, kroz koji će proći oko 25 000 ljudi, sve ne-Srpsko stanovništvo. Sis­tem­atsko etničko čišćenje, koje će, za neko­liko mjeseci, pretvoriti mul­tiet­ničku sliku regije u „ čistu „ , samo Srpsku.

Dvade­set god­ina poslije, škola u Trnopolju je ponovo škola, sa đacima Srpske i Bošn­jačke nacional­nosti. Bošn­jačke porodice, pro­t­jer­ane za vri­jeme rata, su se vratile, ponovo izgradile svoje kuće i školo­vale djecu. Nema niti jednog traga logoru, ni u knjigama his­torije, ni u selu.

Logor još samo pos­toji u pričama žrtava i svje­doka, u pričama kao što je Nedžadova, bivši logo­raš i sada domar u školi, ili Ras­mina, majka logo­raša, ili Mire­lina, koja je bila dijete za vri­jeme rata.

Da li je šut­nja cijena koju treba platiti da bi se nas­tavilo živ­jeti zajedno ?

Koliko će tre­bati god­ina, koliko gen­eracija da se riječi oslo­bode – ili da se priča o logoru izgubi u tišini ?

 

Télécharger le flyer

 

 

Une question ? un projet ? Envoyez-nous un message